La mafia du chocolat, tome 1 – Gabrielle Zevin

463334447

Résumé …

En 2083, le chocolat et le café sont illégaux, le papier est difficile à trouver, l’eau est précieusement rationnée, et la ville de New York est dominée par le crime et la pauvreté. Pour Anya Balanchine, 16 ans, la fille orpheline du criminel le plus célèbre de la ville, la vie est une routine bienheureuse. Jusqu’à ce que son ex-petit ami soit accidentellement empoisonné par le chocolat de la contrebande familiale, et que la police accuse la jeune fille. Brusquement, Anya se retrouve poussée malgré elle sous le feu des projecteurs : au lycée, dans la presse et, plus grave, au sein de sa famille de hors-la-loi…

Mon avis …

Visuel très attirant, sujet intriguant : la dystopie est à la mode, et j’adhère totalement à ce style. Voilà pourquoi je n’ai pas hésité une seconde à me procurer ce livre et à me plonger dedans. Ce qui m’a plu est justement de pouvoir comparer notre monde actuel avec celui qui est décrit en 2083. Pas de grands changements, si ce n’est l’interdiction d’une grande partie des produits que l’on consomme et connait (papier, chocolat, café, etc.). On ne peut s’empêcher d’effectuer des comparaisons, et de s’étonner de ces interdictions, tout en réfléchissant au futur qui nous attend aussi.

Toutefois, le titre annonce une « mafia » et on s’attend donc à de l’action et à une certaine violence. Elle est présente, mais c’est sur ce point que l’on comprend à quel point le livre est jeunesse, en ce qu’il n’approfondit pas tellement le sujet, mais se concentre avant tout sur la vie de Anya, les difficultés qu’elle rencontre après l’assassinat de son père, et sa vie au lycée (amis, amours ..). Tout ceci m’a plu, j’ai beaucoup apprécié cette lecture, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’être un peu déçue en constatant que les sujets qui m’intéressaient le plus n’étaient que survolés, et que le livre n’est, selon moi, pas assez adulte.

Les passages à Liberty par contre m’ont beaucoup plu, j’ai trouvé qu’ils apportaient un petit côté dramatique au livre bien sympathique, mais ils ont, eux aussi, été développés de manière très (et trop) rapide, et finalement pas exploités comme ils auraient pu l’être.

Pour résumer ..
Une dystopie jeunesse qui se donnait l’apparence d’un sujet passionnant (le crime) mais qui a préféré se concentrer plutôt sur ses personnages très jeunes : dommage ! Cependant, on tourne les pages et la lecture est très agréable. Le tome 2 s’annonce peut-être un peu plus adulte en raison des choix de Anya, qui semble prendre la direction de son père, et saisir la place qui est la sienne parmi sa famille.

Note : ★★★☆☆☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s