Même le silence a une fin – Ingrid Betancourt

5704764_orig

Résumé …

Le 23 février 2002, Ingrid Betancourt est enlevée par les FARC. Un calvaire commence, qui prendra fin six ans et demi plus tard, le 2 juillet 2008. Ingrid Betancourt décrit avec précision sa captivité aux mains des FARC. Le récit débute par une impressionnante scène, décrivant l’une de ses cinq tentatives d’évasion. Le lecteur est ainsi fixé à la fois sur la détermination de la prisonnière, et sur la dureté de ses conditions de détention. On revient ensuite au début de l’histoire, qui suivra dès lors le fil chronologique, à commencer par la journée du 23 février 2002.

Mon avis …

Témoignage de 700 pages, longueur qui peut bien évidemment rebuter, mais récit tellement complet qu’il en est d’autant plus poignant, car frappant d’horreur. Ces horreurs, Ingrid les relate avec précisions, nous décrivant presque jour après jour tout ce qu’elle a pu vivre. Elle raconte les événements qui l’ont marqué, les amitiés qui se sont créées avec les autres otages, mais encore bien plus les tensions au sein de ces mêmes otages : chacun pour soi, pour avoir le meilleur confort, le meilleur repas, etc.

« Même le silence a une fin » permet aussi de se plonger dans la jungle, d’apprendre la réalité de la condition d’otage, et de mieux connaître les FARC, leurs positions politiques, leurs pratiques militaires, leurs recrutements et les comportements à l’intérieur même de cette organisation. On découvre l’environnement de vie de Ingrid, son equipo dans lequel elle transporte les quelques objets auxquels elle se rattache (sa Bible, ses lettres, ses photos, etc.), les moments où elle doit se rabaisser pour avoir droit d’être un être humain, tout simplement. Elle ne perd jamais son objectif de libération, et le début du livre est marqué par ses tentatives pour s’échapper, les moments de joie qu’elle s’accorde en l’honneur de ses enfants, pour fêter leurs anniversaires, qui lui permettent de garder goût à la vie, mais les années passent, et peu à peu, elle finit par accepter sa condition, elle accepte la mort qui l’attend.

On vit avec elle ses espoirs toujours anéantis, ses tentatives d’évasion, toujours ruinées. On rit avec elle, on pleure avec elle. On vit avec elle ses moments les plus difficiles, « au plus près de la mort », comme elle le dit si bien. Sa force d’esprit, sa volonté de vouloir rester elle-même malgré l’état presque animal dans lequel ils souhaitaient l’anéantir, sa volonté de garder sa dignité, en fait, ressortent de ces 700 pages de douleur, de combat.

Pour résumer ..
Ce livre vous changera, à jamais. C’est le type de lecture qu’il faut lire au cours de sa vie, car il est sinon impossible de réellement comprendre ce que ces personnes ont pu vivre, et il me semble bien trop facile de rester dans son petit confort en regardant les images à la télévision ou à la radio, en prétendant comprendre sans jamais vraiment le faire.

Note : ★★★★★★

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s